Le premier risque que les enfants rencontrent sur le net vient de ses pairs !

Voilà une affirmation qui prendrait bien le contre-pied des représentations que peuvent avoir certains détracteurs du web.

Le risque existe c’est évident, mais il n’a pas forcément la forme que l’on attend. En effet, si on dit souvent qu’un mineur sur cinq reçoit des avances sexuelles via l’internet, 90 % de ces “avances” émanent de jeunes du même âge et non d’adultes prédateurs souvent rapidement démasqués par la jeune génération !

Une approche éducative de la situation devrait logiquement nous inciter à penser que “les préoccupations sexuelles” de nos chers prépubères sur le net ne doivent pas beaucoup diverger de celles qu’ils ont dans la “vraie vie” et dans leur relation à l’autre.
Logiquement les moyens de communications changent, mais les préoccupations restent les mêmes pour les jeunes et également pour les parents!

En effet, lors de différents échanges que je peux avoir avec des parents,  je peux constater le besoin d’être rassuré sur le fait que qu’il n’y a pas de de cyber-parents spécialistes du numérique. Mais il y a bien une continuité éducative nécessaire à assurer en tant que parents dans cette évolution.
“Pourquoi je me sens capable, en tant que parent, de dire non pour la TV et/ou les sorties et pas pour l’ordinateur !?!?”

Les solutions techniques de filtrage, même si elles sont rassurantes, ne permettent pas une protection certaine. Toutes ces parades technologiques ne peuvent être là que pour accompagner les parents et plus largement les éducateurs à dans une démarche d’apprentissage et de prévention.
Elles sont là pour permettre à nos chères têtes blondes de grandir vers une autonomie  dans l’utilisation responsable de l’outil informatique et des contenus à disposition sur le net.
Ne confondons restriction, repression, interdiction avec éducation…

J’avais déjà abordé ces aspects dans mon dossier être parents à l’ère d’internet, mais je vous propose aujourdhui de revisiter et d’approfondir ces thématiques avec l’excellent article d’Hubert Guillaut  Il n’y a pas de solution imparable pour protéger les enfants sur l’internet.

Source : http://www.internetactu.net

1 réponse

  1. Maxime DERCHE dit :

    Bonjour.

    Je suis un jour tombé sur une statistique montrant l’évidence, à savoir qu’un enfant risque plus d’être victime d’abus ou de violences sexuelles au sein de son propre cercle familial que d’être la victime d’un pédophile rencontré sur Internet (web, messagerie instantanée, etc.). J’ai malheureusement perdu la trace de cette étude, sauriez-vous me remettre sur la voie ? (Je demande à tout hasard…)

    Cordialement,
    Maxime

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :