Faut-il des dispositions particulières pour être éducable aux TIC ?

Je viens de passer une première journée (sur 3 prévues) avec un groupe d’acteurs éducatifs que j’essaie de sensibiliser aux enjeux de société liés aux TIC ainsi que sur les conditions à réunir pour intégrer les TIC, dans toutes leurs dimensions, dans leur pratiques professionnelles.

Le petit groupe sympa et vivant est quelque peu hétérogène en terme de parcours individuel avec l’outil informatique.
Les petits échanges de trucs et astuces autour des incompréhensions et difficultés des uns et des autres face à leur machine, ont continué à me conforter dans le fait qu’il n’y a aucune évidence unanimement partagée en ce domaine…

Cela m’a fait penser à cet excellent article de Gilles Jopin que j’avais découvert à travers quelques extraits sur le blog ma collègue Djemma.

Dans ce billet Gilles Jopin pose la question des conditions nécessaires pour être “éducable” aux TIC sans parler forcément de compétences techniques.

Gilles Jopin nous parle ici de 5 conditions que sont :

  • La curiosité ;
  • Le goût d’apprendre ;
  • De bonnes stratégies en résolution de problèmes ;
  • Savoir lire ;
  • Une connaissance de la philosophie TIC.

Il nous fait également partager quelques constats qui donnent à méditer :

“Dans un ordinateur, tout peut aller mal; on peut malencontreusement déplacer des dossiers dans un autre, supprimer des fichiers importants, oublier de faire une copie de sauvegarde. On peut tout perdre dans la froide nuit informatique. Mais un fait demeure : un ordinateur a sa propre langue qu’on peut difficilement éviter d’apprendre si on veut être le moindrement efficace…”

“Un fossé énorme se creuse entre les utilisateurs « éternels débutants » de la machine et les utilisateurs « j’aime ça l’info ». Nous sommes entourés d’ordinophobes qui veulent (?) bien apprendre, mais ne savent absolument pas comment s’y prendre…”

“N’avez-vous pas remarqué aussi que plus les outils sont « simplifiés », plus les utilisateurs deviennent dépendants et démunis au moindre petit problème…”

Je crois que le problème principal est un non-plaisir dans l’acquisition de nouvelles connaissances que ressentent moult adultes…

L’article original : http://www.gilles-jobin.org/jobineries

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :